Doctocare et les Mutuelles de France du Var (groupe Doctegestio) officiellement en charge de l’exploitation du Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble

reprise ghm grenoble

Doctocare et les Mutuelles de France du Var sont entrés le 9 octobre 2020 dans la gouvernance de l’UMG-GHM1, un acteur clé du paysage de santé grenoblois, avec 436 lits, 1 400 collaborateurs et 280 médecins. Acteur de l’économie sociale, innovante et solidaire, le groupe Doctegestio promeut les principes et valeurs de solidarités et de prévention, en assurant l’accessibilité et la continuité des soins à tous, sur l’ensemble des territoires où il est implanté. C’est dans cette dynamique que s’inscrit le projet médical de Doctegestio, menée en partenariat avec Icade Santé, pour conforter la place de l’UMG-GHM dans le territoire grenoblois.

Doctegestio, le premier opérateur global de la santé et du bien-être en France

S’engager pour relever les grands défis de santé, c’est l’objectif du groupe Doctegestio. Avec la reprise du Groupe Hospitalier Mutualiste, Doctegestio continue de développer son maillage territorial et conforte sa position d’acteur incontournable dans la prise en charge globale des patients en France.

Depuis plus de 10 ans, le groupe Doctegestio s’engage au service d’établissements de santé avec la mission d’en préserver le statut, l’emploi et les activités. Chaque année, plus d’un million de personnes sont pris en charge chez Doctegestio : patients, personnes âgées, personnes en situation de handicap, usagers, jeunes travailleurs ou encore mineurs non accompagnés.

En constante évolution et accélération économique, le groupe Doctegestio a démontré la solidité et l’efficacité de son modèle de développement, qui se traduit par la réalisation un produit d’exploitation de 430 millions d’euros en 2019.

Les perspectives d’évolution de l’UMG-GHM avec le groupe Doctegestio : un projet médical collaboratif qui va préserver l’offre de soins et la faire croître, dans l’intérêt des patients et dans la continuité de sa destination mutualiste.

Lors de ce changement de gouvernance, tous les postes, les acquis sociaux et les conventions collectives sont maintenus.

Doctegestio va apporter à l’UMG-GMH son engagement, sa compétence, sa capacité à gérer, pour permettre la pérennité de l’offre de soins dans un cadre privé à but non lucratif. Le projet médical du Groupe Hospitalier Mutualiste s’articulera autour de 4 grands axes :

  1. Le maintien de la pluralité de l’offre médicale actuelle et de sa dimension privée à but non lucratif
  2. Le développement de cette offre en investissant dans l’outil de production
  3. La coordination avec les autres acteurs afin de privilégier une approche territoriale de l’offre de soins
  4. L’innovation dans les pratiques grâce à une politique d’amélioration continue de la qualité, aux formations et aux outils mis à disposition par Doctegestio

Ce projet médical sera également coordonné avec celui des Laboratoires, des Centres externes et dentaires du périmètre, afin de maintenir et de développer une offre de soins plurielle tout en assurant un bon maillage territorial.

Le travail de développement de ces activités sera porté conjointement avec les équipes et les praticiens, dans une démarche visant le maintien de la qualité et de l’accès aux soins.

La logique de parcours, de proximité, de prévention et d’adressage ville / hôpital sera également recherchée dans cette approche.

L’UMG-GHM, un groupement hospitalier au service des Isérois depuis 60 ans

Implanté à Grenoble, le Groupe Hospitalier Mutualiste est un Établissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif (ESPIC) à but non lucratif participant au service public hospitalier, qui évolue dans un territoire d’environ 1 million d’habitants. Avec 436 lits et places, 39 135 séjours, 92 866 consultations externes, 35 072 passages aux urgences et 16 726 interventions chirurgicales réalisées en 2019, le Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble est le 2ème acteur de santé isérois.

Le groupement hospitalier propose, au travers de son équipe de près de 280 médecins, une offre de chirurgie, médecine et obstétrique de qualité adaptée aux besoins de la population. Elle s’appuie sur son excellente réputation, notamment avec ses 6 Institut cardio-vasculaire, son Institut de cancérologie Daniel Hollard ou son Institut de la Femme et du Nouveau-né.

Doté de quatre laboratoires de biologie médicale (Anatomo-Cyto-Pathologie, Laboratoire de La Verpillière, Laboratoire de Villefontaine, Laboratoire des Eaux-Claires), d’un centre de radiologie (centre d’imagerie du Drac : Radiologie – IRM – Scanner), d’un centre de médecine nucléaire (SCINTEP) et d’un Institut de soins non programmés, le groupement hospitalier offre des soins de proximité et de qualité ainsi que des consultations externes pour tous.

Également composé de deux centres dentaires (centre dentaire Ferrié et centre dentaire Meylan), le Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble s’engage à offrir à ses patients des soins dentaires personnalisés.

À la suite de la visite de certification V2014, qui s’est déroulée en octobre 2016, le Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble est certifié niveau B.

1 Union Mutualiste pour la Gestion du Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble

L’Assad de Liévin rejoint Doctegestio

L’Assad, l’une des plus grandes associations d’aide et d’accompagnement à domicile du Pas-de-Calais, a choisi de rejoindre à son tour le groupe Doctegestio et son opérateur national de services à la personne Amapa

Présente depuis plus de 50 ans sur le territoire, l’Assad, association de soins et services à domicile siégeant à Liévin, fournit des prestations de services d’aide à domicile aux personnes fragiles et à leurs familles à raison de 465 000 heures de prestation délivrées par an (chiffre 2019).1850 usagers bénéficient quotidiennement des interventions des professionnels de l’Assad sur les territoires de Lens- Lievin, Henin- Wingles, Avion et Vitry. 

Placée en redressement judiciaire en avril 2019, la gouvernance de l’Assad souhaitait, depuis le mois de février 2020, adosser les activités de l’association à une structure plus importante. En mars, une 1e rencontre a eu lieu entre les administrateurs de l’Assad et Doctegestio dont Bernard Bensaid, fondateur du groupe. Un accord de principe concernant l’adossement de l’Assad avait été donné sous réserve de garanties et d’engagements confirmés depuis par Doctegestio, notamment en matière de maintien des valeurs fondatrices, de l’objet de l’association et de respect de son ancrage territorial. 

Le 9 septembre 2020, une assemblée générale a validé officiellement, et à l’unanimité, l’adossement de l’Assad au groupe Doctegestio. Et ce 7 octobre, Bernard Bensaid a été élu à la présidence de l’association, confiant ainsi sa gouvernance au groupe. Il prend le relais d’Alain Bavay qui reste impliqué dans le conseil d’administration.

Cette décision d’adossement à Doctegestio a été accueillie favorablement par le tribunal de grande instance de Béthune le 23 septembre suite à la présentation par le groupe de sa proposition de plan de continuation par adossement externe des activités de l’association. Le comité social et économique représentant les salariés de l’Assad a également soutenu cette offre. Enfin, Alain Bavay et Bernard Bensaid ont rencontré le 2 octobre dernier les représentants du Conseil départemental du Pas-de-Calais pour les informer de l’adossement de l’association à Doctegestio. Prescripteur et financeur à 80% des interventions d’aide à domicile de l’Assad, le Conseil départemental s’est dit satisfait de cette initiative.

Après près de deux années de difficultés, l’Assad et ses 466 salariés peuvent désormais compter sur le soutien et la solidarité des équipes du groupe. 

Dans les prochaines semaines, les équipes supports et opérationnelles de Doctegestio et Amapa rencontreront celles de l’Assad, réaliseront avec elles des audits et définiront ensemble les plans d’actions nécessaires au redressement et au développement de l’association sur les 4 principaux axes suivants : 

  • optimiser la planification des interventions
  • améliorer l’organisation géographique des services
  • améliorer la qualité de service
  • améliorer les conditions d’exercice des salariés

Avec l’arrivée de l’Assad au sein du réseau, le groupe complète son offre territoriale de santé et bien-être pour tous ! 

Le groupe Doctegestio publie son rapport d’activité 2019

Doctegestio rapport d'activité 2019

À l’occasion de la parution de son rapport d’activité 2019, le groupe Doctegestio revient sur une année marquée par une forte expansion de ses activités et une volonté affichée d’engager une stratégie de globalisation de son offre médicale et médico-sociale.

Au 31 décembre 2019, au sein du groupe Doctegestio, 287 établissements rassemblaient 9600 collaborateurs intervenant auprès de 1,15 million d’usagers dans les métiers de la santé, du médico-social, et du tourisme familial et populaire.

Doctegestio réalise sur cet exercice, 429 millions d’euros de produits d’exploitation, chiffre conforme à ses objectifs.

Le développement de Doctegestio s’appuie depuis sa création sur une politique volontariste de croissance externe lui permettant de sauver régulièrement de nouveaux emplois dans ces secteurs d’activité. En 2019, 13 entités juridiques et 1200 nouveaux collaborateurs ont rejoint le Groupe.

Le Groupe continue à diversifier son offre, dans le secteur social en particulier. Aider les mineurs non accompagnés, permettre à des jeunes de se réparer au sein d’un service d’action éducative en milieu ouvert ou permettre à des personnes en situation de handicap d’accéder à une vie professionnelle, telles sont les missions sur lesquelles Doctegestio s’exercera désormais.

Les besoins des publics étant en évolution constante, les collaborateurs du Groupe innovent et cherchent des solutions originales. La présence de Doctegestio dans les deux métiers proches et complémentaires du médical et du médico-social incite à engager des transversalités déjà opérationnelles et qui devraient à terme conduire le Groupe à proposer des transversalité et une globalisation de son offre médicale et médico-sociale.

Dans ses perspectives, à l’horizon 2022, le groupe Doctegestio entend devenir le premier opérateur national global sanitaire et médico-social. Dans son projet GO UP 2022, il présente les 7 objectifs qu’il entend atteindre autour du sens de ses actions, de sa croissance, de sa rentabilité et de la satisfaction de ses usagers et de ses salariés.

D’ici 2022, le groupe Doctegestio ambitionne de sauver 20.000 emplois et de générer 1 milliard d’euros de produits d’exploitation.

Jeanne Tieu-Benichou prend la direction Marketing et Vente du groupe

Docteur en pharmacie et diplômée d’HEC, Jeanne Tieu-Benichou intègre le groupe  et prend la  Direction Marketing et Vente de Doctegestio avec pour objectif de mettre en oeuvre une stratégie de marketing et de vente pour les métiers médical et médico-social.

Jeanne a construit son expertise marketing-vente dans les domaines de la santé au travers d’un parcours de plus de quinze ans dans l’industrie pharmaceutique. Valoriser l’unicité d’une marque, contribuer au développement de solutions thérapeutiques qui améliorent la qualité de vie des patients, étaient des missions qui l’ont passionnée.

Le fil rouge de son expérience est le management transversal y compris dans des contextes multiculturels. Elle a choisi dernièrement de renforcer ses compétences de structuration et d’adaptabilité en faisant du conseil.

Aujourd’hui, elle intègre notre groupe pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie Marketing et Vente des métiers médico-social et sanitaire. Elle contribuera au développement d’une offre adaptée au patient. Cela sera appuyé par sa sensibilité au parcours patient et son affinité pour la e-santé. L’accroissement de la notoriété et de la qualité perçue de cette offre sera aussi une de ses priorités.

Je suis fière d’intégrer un groupe dynamique, portant les valeurs d’humanité, d’innovation, d’état d’esprit entrepreneurial. Conduire des projets résolument utiles pour la société, développer les collaborateurs sont mes moteurs du quotidien. Je perçois déjà de nombreux talents avec lesquels j’ai envie de concrétiser les ambitions de Doctegestio. J’ai donc hâte de réfléchir et de faire avec vous !

Jeanne Tieu-Benichou

Docteur Juan Sébastian Suarez Valencia est nommé Directeur de Doctocare NOW, premier centre de téléconsultation sans attente ouvert 7j/7 et 24h/24

Doctocare NOW dr juan sebastian suarez valencia

Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio, a confié à Docteur Juan Sébastian Suarez Valencia le poste de Directeur de Doctocare NOW. Le nouveau centre de santé virtuel du groupe Doctegestio, qui permet d’obtenir une consultation en ligne 7j/7 et 24h/24 avec un médecin généraliste ou spécialiste !

Médecin généraliste, diplômé de la faculté de médecine de Paris 5, le Docteur Juan Sébastian Suarez Valencia a rejoint le 14 septembre le groupe Doctegestio, pour participer au développement de la téléconsultation sur Doctocare NOW.

Une expertise reconnue dans le milieu de la téléconsultation médicale

En 2015, Docteur Juan Sébastian Suarez Valencia crée une société de télémédecine, plus précisément dans la télé-expertise médicale. Il a en particulier travaillé avec l’ONG internationale la Chaîne de l’Espoir, qui a pour vocation de renforcer les systèmes de santé, afin de donner à chacun et en particulier aux enfants les mêmes chances de survie et de développement.

À la suite de sa première expérience, en 2017, il commence à travailler chez Teladoc Health, leader mondial en télémédecine.

En parallèle de son poste de directeur médical de la partie francophone de Teladoc, il est impliqué dans le domaine de la Data Science et de l’Intelligence Artificielle, au sein du groupe américain. Cette expérience lui permet également de diriger deux thèses de médecine publiées en 2019 et 2020 sur le sujet de la téléconsultation médicale en France.

Une volonté de renforcer la pratique de la téléconsultation dans les établissements du groupe Doctegestio

Conquis par la vision du groupe Doctegestio, il a pour mission de diriger toutes les activités de télémédecine au sein du groupe, pour adapter les pratiques médicales de Doctegestio au contexte sanitaire actuel et à l’opportunité du marché.

Le projet Doctocare NOW, est le premier centre de téléconsultation sans attente en France, ouvert 7j/7 et 24h/24, pour répondre aux besoins des patients pour lesquels un diagnostic et un traitement sont nécessaires.

Doctocare, opérateur de santé du groupe Doctegestio

Doctocare s’engage pour la qualité et la sécurité des soins et ses services au sein de ses 65 établissements, dont 10 cliniques MCO et SSR, 5 centres de santé, ainsi que d’un centre thermal, des centres auditifs, d’optique ou encore dentaires. L’opérateur de santé défend à travers ces activités une prise en charge bienveillante, coordonnée et adaptée à chaque patient.

Avec 216 M€ de chiffre d’affaires pour son métier santé, Doctegestio est le 7ème opérateur privé de santé en France.

Doctocare accompagne au quotidien plus de 530 000 patients dans ses 65 établissements de santé. Il assure désormais la gestion de 10 cliniques, qui disposent de 1 135 lits.

Afin d’optimiser le parcours patient, les équipes soignantes et hospitalières Doctocare s’engagent à proposer à nos patients des prises en charge adaptées et personnalisées. L’organisation prend en compte les besoins de chacun en fonction des étapes de leurs parcours de soins (accueil, prise en charge diagnostique et thérapeutique, sortie ou transfert), et/ou de la prise en charge de leurs maladies aiguës ou chroniques.

Doctocare s’est engagé très tôt dans la lutte contre la COVID-19. Devant le développement rapide de l’épidémie et sa gravité nos équipes ont mis en place de nouveaux services pour accompagner l’action des pouvoir publics comme l’ouverture de centres de dépistage du COVID-19 et le lancement de Doctocare NOW.

Chirurgie robotique : la Clinique du Saint-Cœur est équipée du Laser Greenlight

Doctocare clinique saint coeur greenlight

La chirurgie robotique, une révolution technologique au service des patients

L’hypertrophie bénigne de la prostate est une pathologie fréquente chez les hommes de plus de 50 ans. Également dénommée adénome prostatique, elle se caractérise par une augmentation du volume de la prostate qui va compresser le canal de l’urètre transportant l’urine. Ce qui entraîne, chez de nombreux patients, une gêne pour vider sa vessie ou des envies fréquentes d’uriner.

Pour enlever la partie centrale de la prostate responsable de cette obstruction, la Clinique du Saint-Cœur, établissement du groupe Doctegestio, propose à ses patients une technologie innovante : la vaporisation prostatique. La prostate n’est pas enlevée en totalité, mais seule la partie responsable de l’obstruction est enlevée. Réalisée grâce au Laser Greenlight, un outil adopté par un nombre croissant de services d’urologie, elle permet aux patients de retrouver une activité urinaire normale.

Un temps d’hospitalisation réduit grâce au Laser Greenlight

Le recours au Laser Greenlight présente un avantage important par rapport aux techniques traditionnelles (notamment la résection endoscopique de prostate qui découpe l’adénome en copeaux) : il permet de réduire les risques de saignements, la « vaporisation » assurant la coagulation immédiate des vaisseaux. En découle une diminution des risques d’hémorragie à la suite du traitement, tout particulièrement chez les patients prenant des anticoagulants. Cela permet également de réduire le temps d’hospitalisation des patients.

Une fibre laser de moins de 2 mm de diamètre

Cette opération réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale par les équipes de la Clinique du Saint-Cœur consiste à détruire une partie du tissu prostatique qui entoure le canal de l’urètre et élargir ainsi le canal urinaire. Pour ce faire, un endoscope muni d’une caméra est introduit par voies naturelles (via l’urètre) jusqu’à la prostate. Ce matériel va permettre d’introduire une fibre laser de moins de 2 mm de diamètre qui va supprimer une partie de la prostate à travers le canal de l’urètre par la technique dite de « vaporisation ». Cette intervention dure entre 20 minutes et 2 heures. Elle prend fin avec la mise en place d’une sonde urinaire que le patient gardera de 12 à 24 heures.

La CAF de Paris fait procéder à la fermeture du centre de santé Viala en pleine pandémie de Covid-19

CAF fermeture centre santé Covid-19

Dans un contexte de pandémie, la CAF de Paris accompagnée des forces de l’ordre viennent de procéder, ce vendredi 25 septembre, à la fermeture du centre de santé Viala, situé 12 rue Viala dans le 15ème arrondissement de Paris.

Cet acte entraîne la fermeture d’un centre de santé dans un quartier résidentiel et familial de Paris, qui est plongé dans un désert médical. Cette décision prive les habitants du 15ème arrondissement et des arrondissements alentour d’une offre de santé irremplaçable. Ce centre de santé a effectivement à sa charge plus de 40 000 patients par an.

Ce centre médical et dentaire du groupe Doctegestio est resté ouvert pendant le confinement, et pendant les vacances estivales pour répondre à la forte demande des patients, alors que nombre de cabinets libéraux avaient fermé et que les urgences étaient saturées.

Pour lutter contre la Covid-19, le centre de santé Viala, en partenariat avec la Mairie du 15ème arrondissement de Paris, a ouvert un centre de dépistage pendant le confinement. Une équipe de 4 personnes se tenait à disposition des patients du quartier pour réaliser les tests RT-PCR.

En agissant ainsi, la CAF, organisme de Sécurité sociale chargé du soutien aux familles, empêche les habitants du quartier d’accéder aux soins essentiels. Est-ce le moment de priver des patients de l’accès au soin ? Nous laissons la CAF de Paris évaluer les conséquences sanitaires de cet acte inadmissible.

Doctegestio apporte son soutien à l’association SERVIR

A l’occasion d’une assemblée générale qui s’est tenue le 22 septembre 2020, l’association SERVIR a choisi, par la voix unanime des administrateurs, de s’adosser au groupe Doctegestio et son opérateur médico-social Amapa. Cette décision permettra à l’association et ses quatre établissements médico-sociaux de bénéficier du soutien du groupe pour l’aider à faire face aux difficultés actuellement rencontrées.

L’association SERVIR, dont le siège social est installé à Belfort, oriente et anime l’action de deux Maisons d’Enfants à Caractère Social (MECS), la Villa des Roses à Montbéliard (25) et la Villa des Sapins à Valdoie (90) et de deux Établissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EPHAD), Les Chevrets à Couthenans (70) et La Rosemontoise à Valdoie (90) ainsi que les services qui leur sont attachés. 

Deux de ses établissements rencontrent depuis plusieurs mois de graves difficultés. Fortement fragilisé par l’épidémie de covid-19, l’Ehpad La Rosemontoise est sous le coup d’une troisième mise sous administration provisoire décidée par l’ARS Bourgogne-Franche-Comté et le Conseil Départemental du Territoire de Belfort. La MECS La Villa des Sapins, suite à une inspection, est soumise à la même procédure avec suspension d’activité.

Dans ce contexte, l’association SERVIR souhaitait changer de main. Plusieurs repreneurs se sont rapprochés d’elle mais le choix final s’est porté sur Doctegestio en élisant, le 23 septembre 2020, Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio, nouveau président de l’association en lieu et place de M. Joël Goldschmidt. 

Reconnu pour le sauvetage d’établissements en difficultés et son expertise dans la gestion de 14 Ehpad, via Amapa, son opérateur médico-social, Doctegestio prend ainsi la gouvernance de l’association SERVIR. Il mettra en oeuvre les moyens nécessaires et mobilisera les compétences utiles de ses équipes pour assurer la continuité et la reprise rapide des activités dans le respect des bonnes pratiques professionnelles et de soin permettant d’assurer bien-être et sécurité aux résidents des EHPAD et aux enfants accueillis. 

L’ARS de Bourgogne Franche-Comté et les Conseils départementaux du Territoire de Belfort, du Doubs et de Haute-Saône sont informés de ce changement de gouvernance et seront étroitement associés au redressement des deux établissements en difficulté de l’association SERVIR.

Au cours des prochaines semaines, un audit de chacun des quatre établissements sera réalisé. Des plans d’actions précis et détaillés co-construits avec les autorités de contrôle et de tarification seront proposés avant mise en oeuvre. 

Par le sauvetage de cette nouvelle association, Doctegestio assure le maintien de services utiles et indispensables aux populations les plus fragiles. Il complète sa gamme de services en proposant désormais une activité de MECS – Maisons d’Enfants à Caractère Social et conforte la présence de son offre globale de santé et de bien-être pour tous sur les territoires du Doubs, de Haute-Saône et du Territoire de Belfort. Il accueille également les 200 nouveaux collaborateurs de l’association SERVIR qui participeront, à leur tour, à l’aventure collective et collaborative du groupe.

La Clinique du Saint-Cœur propose une nouvelle technique de traitement des varices par laser

clinique saint-coeur traitement varices laser

Afin de traiter l’insuffisance veineuse à l‘origine des varices, la Clinique du Saint-Cœur de Vendôme, établissement de santé du groupe Doctegestio, propose une nouvelle offre de soins : la pratique du laser endoveineux. Efficace, rapide et pratiquement indolore, cette technique est plus légère que la chirurgie classique.

S’il existe diverses méthodes de traitement des varices, les techniques endoveineuses se substituent aujourd’hui peu à peu à la chirurgie. Elles sont en effet faiblement invasives et peu traumatisantes. Parmi les techniques endoveineuses, la Clinique Saint-Cœur pratique celle du laser endoveineux. Elle est équipée du laser Endotherme 1470 qui permet le traitement de la grande et de la petite veine saphène, toutes deux étant des veines superficielles au niveau des membres inférieurs. Réalisé sous échographie, le traitement par laser consiste en une petite incision dans la peau afin d’insérer une fibre laser dans la veine malade. En délivrant de l’énergie thermique, le laser modifie la paroi de la veine jusqu’à la fermer définitivement. L’afflux sanguin est alors redirigé vers d’autres veines fonctionnelles.

Avec un recul scientifique de plus de 20 ans, la procédure par laser endoveineux est particulièrement appréciée en raison de sa rapidité et de son caractère peu traumatisant. Elle permet d’excellents résultats et la reprise immédiate d’une vie normale pour le patient.

Le Docteur Marques, chirurgien vasculaire de la clinique explique « Sous anesthésie locale assistée, le traitement indolore se fait en moins d’une heure, en ambulatoire. Le patient peut rentrer chez lui quelques heures après l’opération. C’est une méthode efficace, elle a considérablement moins d’effets postopératoires (moins de douleurs et moins d’hématomes). »

Les varices, syndrome d’une insuffisance veineuse

L’insuffisance veineuse concerne 18 millions de français selon l’INSEE. Il s’agit d’une maladie chronique liée à la mauvaise circulation du sang vers le cœur, pouvant résulter en des varices. Celles-ci correspondent à la dilatation anormale de veines superficielles. Il existe un facteur héréditaire dans la survenue des varices, et certaines conditions favorisent leur apparition comme la position debout prolongée, la sédentarité, le manque d’activité physique ou la chaleur. C’est un facteur favorisant pour les thromboses veineuses profondes (phlébites) et pour les embolies pulmonaires, ainsi que des ulcères qui peinent à cicatriser.

À propos de la Clinique du Saint-Cœur

La Clinique du Saint-Cœur, située à Vendôme, est un établissement de chirurgie et d’obstétrique. Elle compte 155 collaborateurs, et 32 médecins exerçant au sein de l’établissement. Fondée sur des valeurs humaines, de qualité et d’innovation, la clinique défend un modèle de santé accessible à tous, responsable et tourné vers l’avenir. Plus d’informations sur doctocare.com/clinique/clinique-saint-coeur/

La Clinique Saint-Jean l’Ermitage, établissement santé du groupe Doctegestio, investit dans la chirurgie robotique de pointe

Clinique CSJE Doctegestio chirurgie robotique

Depuis mi-septembre, le groupe Doctegestio a fait l’acquisition d’un robot chirurgical pour son établissement de santé, la Clinique Saint-Jean l’Ermitage. Le robot da Vinci® est développé par le leader américain Intuitive®.

L’acquisition de la plateforme da Vinci® s’inscrit dans la démarche et la stratégie d’excellence du groupe Doctegestio et de son opérateur de santé Doctocare, visant à proposer aux patients une prise en charge optimale s’appuyant notamment sur le développement de techniques de pointe en médecine et en chirurgie.

Cet investissement vient ainsi renforcer les plateaux techniques performants mis à disposition des patients et des praticiens sur les établissements du Groupe, et accompagne l’installation récente d’un sixième chirurgien urologue (spécialisé dans la chirurgie robotisée) et complète ainsi l’équipe d’urologues, futurs utilisateurs.

À cette occasion, la Clinique Saint-Jean l’Ermitage organise une journée d’exposition au public, le mercredi 30 septembre de 09h00 à 17h00. Une opportunité pour les patients d’en savoir davantage sur le robot da Vinci®, et d’obtenir toutes les informations nécessaires sur la chirurgie robotique.

Qu’est ce que la chirurgie robotique ?

Le robot da Vinci® est un dispositif chirurgical constitué d’une console avec une vision 3D munie de joystick et d’une partie (appelée kart) qui commande les instruments de coeliochirurgie introduits dans le corps du patient. Cette machine téléguidée par le chirurgien, permet de réaliser des interventions de type mini-invasives, notamment en urologie, dans le traitement du cancer de la prostate, du rein, de la vessie et dans la chirurgie du prolapsus.

Véritable prolongement de la main et des yeux du chirurgien, ce nouvel outil à la pointe de la technologie, conjugue les avantages de la chirurgie classique (vision 3D, dextérité de la main humaine), à celle de la coeliochirurgie (Vision magnifiée, précision, réduction des douleurs et de la convalescence).

La plateforme chirurgicale da Vinci® est une machine qui retranscrit fidèlement les mouvements complexes des mains du chirurgien à l’aide de pinces articulées et miniaturisées.

Cette technologie de dernière génération permet de réaliser des interventions lourdes de manière moins invasive et apporte au patient un certain nombre de bénéfices:

  • Moins de douleurs post opératoires,
  • Une réduction des cicatrices,
  • Une hospitalisation et convalescence réduites,

La chirurgie coelioscopique robot-assistée s’est développée au départ en urologie, pour la chirurgie du cancer de la prostate, puis du rein, de la vessie et du prolapsus. Depuis quelques années, les indications opératoires se sont développées en chirurgie digestive (en particulier de l’obésité) et gynécologique.

La Clinique Saint-Jean l’Ermitage a pour ambition de développer les applications de cette nouvelle chirurgie assistée par la robotique afin d’en faire bénéficier le plus de patients possible.

Comment ça marche ?

Assis derrière une console, le praticien, installé à côté du patient qu’il a sous contrôle visuel, introduit sa tête dans une console et visualise une image HD en trois dimensions de la zone opérée à travers des lunettes binoculaires. Pouce et index dans des joysticks (masters), il prend le contrôle de quatre bras articulés qui peuvent mouvoir leurs extrémités avec sept degrés de liberté, dans un espace limité difficilement accessible à la main humaine.

Il peut zoomer à loisir sur les zones atteintes, et, grâce à l’analyse de milliers d’informations spatiales par seconde, le moindre de ses tremblements est éliminé. Son aide opératoire, habillée stérilement, l’assiste pour changer les instruments, introduire des fils de suture sous contrôle d’un écran dans la salle.

Mieux, pour ajuster très précisément son geste, il dispose d’une option de démultiplication de mouvement – un déplacement de 5 centimètres sur sa pince peut se traduire par une amplitude de moins de 3 millimètres portés par le bras mécanique. Enfin, la console est paramétrée en fonction de la corpulence de chaque chirurgien et mémorisée, comme dans une voiture.

Une technologie sûre au bénéfice du patient

Le fabricant insiste sur la très grande fiabilité de son robot : en début de procédure, comme pour un avion, le robot fait sa check-list avant de démarrer.

Si l’œil du chirurgien quitte les lunettes, le robot se fige, si les instruments sont retirés et réintroduits, ils reprennent leur place initiale, et si le bras du robot a bougé entre temps, l’instrument ne peut être introduit que sous le contrôle de la vue.

En cas de besoin, le chirurgien à la possibilité de retirer le robot et de terminer l’intervention en coeliochirurgie.

Le fabricant, Intuitive®, assure la formation des infirmières de bloc et des chirurgiens de manière très rigoureuse. Elle se fait en deux étapes, une formation théorique incluant des heures de simulateurs comme en aéronautique, et une formation pratique sur site assistée d’un sénior appelé “Proctor”. Cette formation sur site sera assurée par l’un des chirurgiens urologues de la clinique. Celui-ci étant sur place pourra accompagner ou aider ses confrères sur le moyen terme afin d’assurer la sécurité et le meilleur résultat pour les patients.

Meilleur confort, plus grande précision, moindre fatigue pour le praticien et, pour les patients, moindre douleur post-opératoire et rétablissement plus rapide sont les objectifs de l’utilisation de cette nouvelle technologie qui peut aujourd’hui assister les chirurgiens dans une cinquantaine d’indications.

En pratique, l’équipement, installé dans plus de 5500 salles (dont plus de 900 en Europe), a fait ses preuves en urologie, en chirurgie digestive, gynécologique, cardiaque, pédiatrique… Et la liste de ses indications ne cesse de croître.

L’histoire du da Vinci®

« Cette technologie est issue d’un projet de la Nasa et de la Darpa [l’agence de R & D de l’armée américaine], pour opérer à distance sur le champ de bataille. Il n’a pas abouti pour des raisons de budget, mais des ingénieurs du MIT (Massachussets Institute of Technology) ont racheté les brevets il y a 20 ans et ont développé la première plateforme de chirurgie assistée. Aujourd’hui, nous en sommes à la quatrième génération », raconte Vincent Delaunay, market access director Western Europe d’Intuitive Surgical. »