Vaccination anti-covid des résidents des Ehpad du Groupe AVEC

Du 16 au 19 janvier, plusieurs résidents des onze Ehpad mosellans du Groupe AVEC (ex-Amapa, groupe Doctegestio) recevront leur vaccin anti-covid. Une nouvelle étape dans la lutte contre l’épidémie, porteuse d’espoir pour les résidents, leurs familles mais aussi les professionnels de ces établissements où le virus circule toujours.  

Après un temps d’organisation nécessaire pour préparer les vaccinations dans le strict respect des règles définies par les Agences régionales de santé, plus de la moitié des résidents hébergés dans les Ehpad du Groupe,  entameront leur processus  vaccinal. 

Le dialogue et l’échange avec les résidents et leurs familles a été au cœur de ce travail préparatoire pour répondre aux inquiétudes de chacun, expliquer les différentes étapes de la vaccination et recueillir le consentement des personnes vaccinées ou de leurs personnes de confiance référente. Ce travail a commencé dès le mois de décembre dernier. 

Ensuite, les médecins coordonnateurs de chaque résidence ont ensuite réalisé les visites pré-vaccinales de chaque personne volontaire. L’analyse de leurs antécédents éventuels de Covid-19, de vaccination antigrippale, d’allergies ou de traitements particuliers ont été analysés pour déterminer avec précision la possibilité vaccinale de chacun.

Le jour de la vaccination, les médecins coordonnateurs des établissements assureront la surveillance de l’état de santé des résidents à l’issue de l’injection. 

Ils seront épaulés d’autres médecins venus prêter main-forte, comme le Dr Denis Jacquat, ancien Président d’Amapa, ou encore le Dr Raphaël Pitti, ancien médecin de guerre dans les commandos marine, aujourd’hui engagé dans des missions humanitaires. 

Cette procédure sera répétée dans les semaines qui suivent pour l’administration de la deuxième dose vaccinale nécessaire.

Dans les quatre autres Ehpad du Groupe AVEC les premières vaccinations des résidents se dérouleront également au cours des prochaines semaines : 

  • le 20 janvier à l’Ehpad Les Chevrets à Couthenans (70)
  • le 27 janvier à l’Ehpad Les Iris de Montceau-les-Mines (71)
  • le 27 janvier à l’Ehpad Le Valmontjoie de Saint-Gervais-les-Bains (74)
  • le 3 février à l’Ehpad La Maison des roses de Valenciennes (59)

“Le vaccin contre la covid redonne espoir à nos résidents, leurs familles mais aussi à nos professionnels”

Sandra Staudt, directrice nationale des Ehpad du Groupe AVEC.

La Cour de Cassation donne raison au Groupe AVEC. Un salarié mis à disposition peut en présider le Comité d’entreprise.

La cour de cassation a décidé qu’un employeur peut déléguer la présidence du comité d’entreprise à un salarié mis à disposition si celui-ci dispose de la qualité et du pouvoir nécessaire à l’information et à la consultation, de nature à permettre l’exercice effectif des prérogatives du comité.

Le président du comité d’entreprise de l’association AMAPA (Groupe AVEC) avait donné une délégation de pouvoirs, successivement à deux salariés qui avaient été mis à disposition de l’association par des entreprises extérieures, pour présider cette instance. 

Le CE de l’association AMAPA avait saisi le président du Tribunal de Grande Instance car il estimait que déléguer la présidence du CE à des salariés mis à disposition constituait un trouble illicite. 

Déjà débouté en première instance puis en appel, le CE de l’AMAPA vient de voir son pourvoi en cassation être rejeté. 

La Haute juridiction précise dans sa décision que le délégataire doit avoir la qualité et le pouvoir nécessaire à l’information et à la consultation du CE, mais peu importe qu’il soit mis à la disposition de l’employeur par une autre entreprise.

Pour établir sa décision, elle vérifie que les deux salariés mis à disposition de l’AMAPA remplissaient bien les critères nécessaires. Le président du CE de l’AMAPA avait parfaitement respecté ces critères.

Cette décision pourrait être transposable au comité social et économique et à la commission santé sécurité et conditions de travail.

Bernard Bensaid affiche sa satisfaction de voir le Groupe AVEC participer à l’évolution du droit du travail en France, au service de l’intérêt général.

E-santé : MirambeauAppCare rejoint le Groupe AVEC

mirambeau diabilive rejoint avec

MirambeauAppCare, entreprise qui développe des applications médicales dont DiabiLive, a rejoint le Groupe AVEC, le 14 janvier 2021. Cette arrivée s’inscrit dans la volonté de développement du Groupe AVEC dans le secteur de la santé numérique, en corrélation avec le lancement prochain de sa plateforme de e-santé inclusive nommée avec.fr.

Les applications médicales développées par MirambeauAppCare sont disponibles sur la plateforme DiabiLive. Véritable solution e-santé innovante, DiabiLive accompagne les patients diabétiques dans le respect de leurs prescriptions.

DiabiLive facilite l’autonomie des personnes diabétiques par une meilleure connaissance de leur corps et de leurs besoins. Les patients sont accompagnés par des aidants et des professionnels de santé. Avec DiabiLive, ils ne sont jamais seuls.

Par une prise en charge complète et personnalisée – selon leur prescription médicale, leur diététique et leur activité physique – DiabiLive est en mesure de calculer la dose nécessaire d’insuline pour chaque patient. Ainsi, les personnes diabétiques sont autonomes dans la maîtrise de leur diabète.

Le Groupe AVEC est ravi d’accueillir cette structure au sein de son réseau solidaire. Son arrivée contribue à développer la médecine 4P (médecine personnalisée, préventive, prédictive et participative) sur laquelle le Groupe souhaite travailler. Ce développement s’inscrit dans le projet global du Groupe AVEC d’être un opérateur global de santé en France et d’ « aider le plus grand nombre à vivre en bonne santé le plus longtemps possible ».

Le Groupe Doctegestio devient le Groupe AVEC

Le Groupe Doctegestio devient le Groupe AVEC. La marque unique Avec remplace les marques Amapa (médico-social) et Doctocare (sanitaire).

Le sens de ce changement

Apposer une même marque pour le médico-social et le sanitaire pour traduire le rapprochement que le Groupe AVEC entend réaliser entre ces deux métiers.

Démontrer que ces domaines deviennent les branches les plus importantes de l’activité du groupe, même s’ il a d’autres activités, dont le tourisme social et familial (marque Popinns).

Continuer et développer la démarche d’accompagnement des plus fragiles, personnes dépendantes ou qui ont besoin de soins et de bien-être.

Le Groupe entend effacer les différences entre les uns et les autres et travailler sur la médecine 4P (médecine personnalisée, préventive, prédictive et participative), et en particulier en se concentrant sur le P de participatif.

Les étapes du projet

  1. Le changement de nom (Avec) ;
  2. L’adoption d’une raison d’être « aider le plus grand nombre à vivre en bonne santé le plus longtemps possible » qui permettra début février 2021 de devenir entreprise à mission permettant de s’attribuer statutairement une finalité d’ordre social ou environnemental en complément du but lucratif ;
  3. Lancement début février d’une plateforme de e-santé inclusive permettant un accès aux mêmes applications, pour un patient, un professionnel de santé, un administratif ou un paramédical ;
  4. Demande de l’agrément Esus (entreprise solidaire d’utilité sociale) ;
  5. L’ouverture du capital aux 12.000 salariés du groupe ;
  6. Réaliser une levée de fonds pour la fin 2021 pour poursuivre une croissance très importante (25 % de croissance chaque année depuis plus de 10 ans), et la consolider avec des actionnaires de référence, investisseurs de long terme dont le groupe partage les visions sur le monde de la santé. 

avec.fr, une plateforme de e-santé inclusive 

La plateforme sera composée des fonctionnalités habituelles : prise de rendez-vous, télémédecine (téléconsultation), pré-admission.

Des fonctionnalités nouvelles seront ajoutées comme :

  • Un cahier de liaison numérique permettant de faire la coordination entre la ville, l’hôpital, le domicile, l’Ehpad ainsi qu’au sein des établissements.
  • Une application de gardes d’urgence avec 2 lignes d’urgentistes qui répondront en téléconsultation à des problématiques d’urgence habituelles sans prise de rendez-vous sur la plateforme. Le patient se présentera et il lui sera indiqué le temps d’attente avant la mise en lien avec le service.
  • Une application d’auto-diagnostic grâce au développement d’une intelligence artificielle (IA) capable d’établir un diagnostic sur la base des données fournies par le patient.
  • Un service de télésuivi, préopératoire et postopératoire.

L’accessibilité pour tous à la plateforme avec.fr

Un second volet permettra un accès pour tous, avec des applications d’ordre plus administratif, qui concernent les soignants, les paramédicaux, les médecins, les personnels des centres support…. soit l’ensemble des professionnels du Groupe et de son environnement.

Ces applications vont de la gestion des congés payés à la gestion des astreintes, en passant par la recherche de missions et la déclaration d’événements indésirables par exemple.

Une centaine d’applications seront disponibles dont 70 applications administratives, plus internes aux établissements, et 30 applications ouvertes sur la ville.

Le lancement est prévu début février 2021. 

Clinique de Bonneveine : Ouverture d’un Centre des pathologies du sommeil

centre pathologies du sommeil clinique de bonneveine doctocare

Les troubles du sommeil touchent un tiers de la population et peuvent avoir de graves conséquences. Sur le plan cardiologique, l’apnée du sommeil est à l’origine de 70% des hypertensions résistantes,1ère cause de mortalité dans le monde. Le défi majeur est de détecter ces pathologies le plus précocement possible. Face à ces constats, la Clinique de Bonneveine, établissement de santé du groupe Doctegestio, a ouvert un Centre des pathologies du sommeil. 

Un centre interdisciplinaire pour une prise en charge globale entièrement personnalisée

Afin de répondre aux besoins des patients qui souffrent d’insomnies, d’apnées du sommeil, de ronflement, de somnolence, d’hypersomnie, de fatigue chronique, etc., le Centre des pathologies du sommeil est doté d’équipements spécifiques et adaptés avec :

  • 4 chambres dédiées dans le cadre des enregistrements de deux nuits, avec matériel d’enregistrement du sommeil, caméra de contrôle, logiciel d’analyse des enregistrements
  • 7 lits dans le cadre des enregistrements d’une nuit
  • Équipement chirurgical de type “Laser CO2”
  • Pavillon de rééducation avec gymnase de kinésithérapie, salle de coaching sportif, bureau de rééducation orthophonique et psychomotrice

Sous la responsabilité de Dr Fabrice THOIN, médecin cardiologue, spécialisée dans l’étude du sommeil, le Centre des pathologies du sommeil est composé de :

  • Médecins spécialisés dans l’étude du sommeil,
  • Cardiologue, Pneumologue, ORL, Médecin phoniatre,
  • Responsable infirmière, Infirmier référent,
  • Orthophoniste spécialisée dans la rééducation des fonctions ORL entrant en jeu dans les syndromes d’apnée du sommeil,
  • Kinésithérapeute,
  • APA Coach Sportif.
  • En fonction de la complexité des prises en charge, d’autres personnels hospitaliers peuvent être appelés en renfort : dentiste, stomatologue, neurologue, médecin algologue, psychologue, psychomotricienne, diététicienne…

Le Centre des pathologies du sommeil propose aux patients une prise en charge complète pluridisciplinaire, qui s’inscrit dans une volonté de développement d’études cliniques pour en faire un centre de référence. Cette prise en charge pluridisciplinaire peut être prescrite ou demandée par des médecins généralistes, cardiologues, pneumologues, ORL, phoniatres, orthophonistes, psychiatres, médecins du travail…

Une prise en charge globale des troubles du sommeil en deux phases

Après avoir réalisé une consultation de médecine du sommeil, la prise en charge des patients souffrant de troubles du sommeil se décompose en deux phases.

Au cours d’une hospitalisation d’une ou de deux nuits suivant les besoins pour un enregistrement d’une polysomnographie. À la suite de cet enregistrement, un des médecins spécialisés dans l’étude du sommeil du Centre des pathologies du sommeil déterminera la prise en charge du patient et l’indication du traitement. 

La seconde phase du parcours patient se déroule en hospitalisation de jour, afin de réaliser un bilan fonctionnel multidisciplinaire du syndrome d’apnée du sommeil, de ses origines et de ses conséquences. À l’issue de cette journée, la synthèse de l’ensemble des éléments récoltés par les différents thérapeutes du Centre des pathologies du sommeil permettra d’établir un plan d’action avec un programme de prise en charge complète. Le projet thérapeutique pourra se décliner de différentes manières suivant les solutions à apporter à chaque patient :

  • Une prise en charge par un prestataire de service pour un appareillage nocturne type CPAP.
  • Une prise en charge en chirurgie ORL lors d’une courte hospitalisation, précédée d’un bilan pré-opératoire ORL effectué par un ORL spécialisé dans les troubles de l’apnée du sommeil. Un traitement définitif potentiel ORL en fonction de la sleep-endoscopie pourra être réalisé.
  • Une prise en charge en rééducation orthophonique, associée à une rééducation kinésithérapeutique, complétée d’un coaching en activité physique adaptée (APA), ainsi que d’un accompagnement psychologique et/ou diététique et/ou psychomotricien si nécessaire.
  • Une consultation dentaire pour appareillage par gouttière sur mesure.

La prise de rendez-vous peut se faire directement à l’adresse mail suivante : consultations@doctocare.com, et par téléphone au 04 96 14 14 59.

« Pour Noël, n’offrons pas le Covid à nos proches » Lancement d’une campagne de dépistage massif au GHM de Grenoble

campagne despitage covid 19 ghm grenoble doctocare

Le Groupement Hospitalier de Grenoble mène une campagne de dépistage massif par tests RT-PCR et antigéniques pour contrer un pic de contagion potentiel avec la période des fêtes de fin d’année. 

Initiée par la Région Auvergne-Rhônes-Alpes, l’une des plus durement touchées par la deuxième vague de la Covid-19, l’objectif est d’être “Tous dépistés avant Noël”, du 16 au 23 décembre.

Pour réaliser ce dépistage massif de la population grenobloise, l’UMG-GHM a créé un nouveau centre de dépistage Covid-19 antigénique, sous une tente, situé au 121 rue d’Alembert à Grenoble. Les dépistages par tests antigéniques réalisés dans ce centre, se déroulent avec ou sans rendez-vous du 16 au 23 décembre, week-end compris, de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30. La prise de rendez-vous peut se faire en ligne via le site internet de Doctocare ou celui de l’UMG-GHM.

Parallèlement à l’ouverture de ce centre de dépistage, les équipes du laboratoire du GHM réalisent sur les mêmes plages horaires des tests RT-PCR au 8/12 Rue Dr Calmette à Grenoble. La prise de rendez-vous pour les tests RT-PCR doit se faire par téléphone en appelant le 04 76 70 74 95.

Les tests RT-PCR et antigéniques sont accessibles à tous, sans ordonnance, et remboursés par l’Assurance maladie. Il suffit d’être muni de votre carte vitale.

Pour ces deux dépistages, les prélèvements se font par voie naso-pharyngée avec un écouvillon, et ne durent que quelques secondes. Un test antigénique permet de déterminer en 15 minutes si vous êtes porteur du virus Covid-19. Quant au test RT-PCR, plus sensible, le résultat vous sera rendu dans les 24h. 

En cas de résultat positif lors du test RT-PCR ou antigénique vous devez :

  • Vous isoler à domicile durant 7 jours, prévenir dès aujourd’hui votre médecin traitant pour qu’il vous indique si une consultation est nécessaire.
  • Prévenir les personnes avec qui vous avez récemment été en contact plus de 15 minutes sans masque, qu’elles doivent pratiquer un test.

Si le résultat est négatif, vous devez garder les gestes barrières (port du masque, distanciation physique, lavage ou désinfection des mains, respect du confinement).

Claire Zimmermann, responsable des ressources humaines des activités médico-sociales du groupe Doctegestio

Depuis le 1er décembre 2020, Claire Zimmermann assure la fonction de responsable des ressources humaines de l’activité médico-sociale du groupe Doctegestio officiant sous le nom de son opérateur Amapa. Après une licence d’administration économique et sociale en Gestion des entreprises, Claire a obtenu un master professionnel en management des ressources humaines (RH). Elle a été chargée des ressources humaines pour les affaires juridiques et sociales de l’entreprise Geodis Automotive Est pendant 12 ans avant de rejoindre l’association Servir où elle assure les fonctions de responsable des ressources humaines depuis 2019. Le récent adossement de l’association Servir au groupe Doctegestio et son réseau médico-social Amapa permet à Claire de bénéficier d’une nouvelle opportunité pour évoluer dans sa carrière au sein du groupe. Elle assure désormais la gestion du personnel et des instances représentatives du personnel pour les activités et établissements médico-sociaux du Groupe.

« Forte d’une expérience riche et variée de 13 années dans les ressources humaines, j’ai quitté il y a un an le monde de l’industrie et du transport, à la recherche d’un projet professionnel donnant davantage de sens humain, intégrant ainsi l’association Servir. Durant l’ensemble de ces années, j’ai acquis de la rigueur, de la compréhension opérationnelle, le sens du dialogue et une résilience particulière. Aujourd’hui, je prends de nouvelles responsabilités dans les activités médico-sociales du groupe Doctegestio et souhaite par l’apport de mes compétences, contribuer à la réalisation de sa mission d’accompagnement des personnes vulnérables. » 

Claire Zimmermann

Téléconsultation en officine : Medicitus.com rejoint le groupe Doctegestio

medicitus doctegestio

Medicitus.com, plateforme de télémédecine, a rejoint le groupe Doctegestio, le 27 novembre 2020. Cette arrivée permet au groupe Doctegestio de renforcer sa présence dans le milieu de la téléconsultation, et de continuer à réduire les inégalités d’accès aux soins en France.

Medicitus.com est la première plateforme de téléconsultation dédiée aux officines et aux structures de santé (cliniques, EHPAD, maisons de santé, etc.). Cette solution propose des téléconsultations à ses patients, disponibles directement en pharmacie, pour pallier les départs à la retraite de médecins non remplacés, et surtout faciliter l’accès aux services de santé dans les territoires touchés par les déserts médicaux.

Plusieurs solutions e-santé sont disponibles avec la plateforme Medicitus.com. Les patients peuvent prendre rendez-vous facilement avec un médecin. En plus de cet agenda, d’autres solutions permettent au médecin de transmettre des prescriptions et feuilles de soins sécurisés, tout en étant connecté au Dossier Médical Personnel (DMP) de chaque patient. Medicitus.com a également créé différents dispositifs médicaux connectés en lien avec la plateforme de téléconsultation.

Ce développement s’inscrit dans le projet global du groupe Doctegestio de devenir un opérateur global de santé, d’accompagnement et de bien-être en France. Cette reprise vient renforcer l’offre de télémédecine déjà mise en place sur Doctocare NOW et Yesdoc.

Marseille : la Clinique de Bonneveine a participé activement à l’effort collectif des établissements hospitaliers marseillais lors de la seconde vague de Covid-19

clinique bonneveine covid 19 deuxieme vague

Dès le début de la deuxième vague de Covid, la Clinique de Bonneveine, établissement de santé Doctocare du groupe Doctegestio, s’est pleinement mobilisée pour accueillir des patients atteints par la Covid-19. L’établissement a pris en charge des patients COVID en délestage des établissements hospitaliers marseillais et également en hospitalisation directe des personnes adressées par des structures médico-sociales prenant en charge des personnes âgées ou des personnes en situation de handicap.

Un élan de solidarité qui renforce l’offre de soins de la Clinique de Bonneveine

La Clinique de Bonneveine a pris en charge plusieurs résidents de différents Ehpad où des clusters étaient présents. Les professionnels médico-sociaux avaient besoin de soutien pour déterminer la prise en charge médicale adaptée à mettre en place pour leurs résidents. En effet, ils présentaient des comorbidités importantes. Ces patients âgés ne possédaient pas le statut réanimatoire, et il était impossible pour les professionnels des Ehpad de leur offrir une oxygénothérapie et un traitement adapté à leurs besoins.

Par ailleurs, plusieurs personnes en situation de handicap, pour qui l’accès en hospitalisation classique est souvent difficile, ont également été prises en charge au sein de la Clinique de Bonneveine, notamment en unité de soins continus.

Face à cette situation, l’établissement de santé s’est réinventé en un temps record. Il a transformé son unité de médecine et de soins continus en unité de soins Covid exclusifs. Avec ce réaménagement, le personnel soignant de la Clinique de Bonneveine a été en capacité notamment de prendre en charge les patients COVID en situation de handicap, grâce à de l’oxygénothérapie haut débit et des traitements adaptés.

En complément des prises en charge en services hospitaliers, des interventions de l’équipe mobile dédiée aux personnes en situation de handicap ont été réalisées au sein d’établissements médico-sociaux, y compris dans le cadre de dépistages collectifs en institutions.

Le laboratoire de biologie médicale de la clinique a été pleinement impliqué dans la gestion de cette crise sanitaire, via la mise en place dès avril de dépistage Covid-19 au format drive qui a permis de réaliser plusieurs milliers de tests RT-PCR. Il est à noter que le laboratoire a renforcé sa capacité de tests par l’achat d’un appareil de dernière génération permettant de diminuer le délai de rendu des résultats.

Nous tenons à remercier l’ensemble du personnel soignant et administratif pour leur élan de solidarité et leur investissement sans faille durant cette crise sanitaire inédite. Ils ont contribué activement à la chaîne de soins pour tous que promeut quotidiennement Doctocare.

Application des accords du Ségur de la santé : Bernard Bensaid écrit au Ministre des Solidarités et de la Santé

Monsieur le Ministre des Solidarités et de la Santé, 

Dans la crise sanitaire qui touche actuellement notre pays, les acteurs médicaux et médico-sociaux remplissent un rôle de premier ordre. Leur présence auprès des patients et des personnes fragiles, les soins qu’ils prodiguent sont des remparts contre l’évolution de la maladie. 

Les accords du Ségur de la santé que vous avez organisé suite à la première vague de la Covid-19 contribuent à reconnaître cet investissement très fort des personnels hospitaliers ou des EHPAD, et nous tenons à vous en remercier. 

Malheureusement, ces décisions ne s’appliquent pas à tous les établissements et leurs salariés, dès lors qu’ils ne sont pas reconnus comme agents hospitaliers. 

Le groupe Doctegestio dont j’assure la Présidence, emploie 12.000 collaborateurs agissant dans les secteurs de l’hospitalisation ou des soins de ville, centres dentaires, centres d’imagerie, laboratoires, soins infirmiers à domicile. 

Selon que les accords du Ségur de la santé vont s’appliquer ou pas à leur situation, ils seront traités différemment. 

Pourtant, ces collaborateurs ont les mêmes métiers, les mêmes contraintes, les mêmes parcours de formation. Ils participent avec les mêmes efforts, le même engagement sans faille dans le combat contre l’épidémie. 

Parfois même, au sein d’un même établissement juridique, selon que ces personnels collaborent au sein du bâtiment hospitalier ou de son annexe (laboratoire satellite d’une clinique par exemple), ils ne seront pas traités de la même manière. 

Au-delà de l’injustice qui légitimement est ressentie par les collaborateurs se trouvant dans cette situation, je veux vous alerter sur les conséquences d’une telle décision en termes de recrutement. 

Vous connaissez Monsieur le Ministre, les difficultés grandissantes que les acteurs de la santé rencontrent pour recruter dans ces métiers pourtant essentiels.

L’inégalité et l’injustice créées par ces décisions vont renforcer ces difficultés qui risquent de peser sur l’attractivité du secteur et de nos établissements, de poser des problèmes de management pouvant aller jusqu’à des répercussions sur la qualité de la prise en charge. 

Monsieur le Ministre, au nom de mes collaborateurs je vous demande de bien vouloir reconsidérer votre position, et engager une évolution des décrets permettant un traitement égalitaire de l’ensemble des acteurs intervenant auprès des personnes malades et fragiles. 

Dans l’attente de votre décision, je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués. 

Bernard Bensaid 
Président groupe Doctegestio