Skip to content

Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio, raconte l’expérience de son entreprise dans la crise du Covid-19

good morning business bfm

Lundi 4 mai 2020, Bernard Bensaid, Président du groupe Doctegestio, était l’invité de Christophe Jakubyszyn dans l’émission Good Morning Business, sur BFMTV.

“Un groupe au milieu de la crise sanitaire”, c’est sur ce thème que Bernard Bensaid a présenté l’impact économique de la crise sanitaire sur Popinns, opérateur de tourisme, Doctocare opérateur de santé, et Amapa opérateur médico-social du Groupe.

La crise a d’abord été pour le groupe une très forte mobilisation des établissements de santé et médico-sociaux, hôpitaux, soins à domicile, Ehpad avec 9 500 des collaborateurs du groupe en première ligne. Par contre 500 salariés ont dû rester en chômage partiel puisque des établissements ont été fermés suite à la demande du gouvernement, comme les hôtels, les cabinets dentaires, les centres optiques ou audio-visuels.

Bernard Bensaid a souligné la très forte mobilisation de son personnel qui a selon lui était exemplaire, et qu’il tient à remercier pour cet investissement.

Sur les Ehpad, il rappelle l’intérêt d’être un opérateur global de santé, ce qui a permis par la connaissance experte de nos collaborateurs d’anticiper des décisions, comme le confinement avant l’heure de ces établissements. Cette réactivité est sans doute la raison d’une faible mortalité dans les Ehpad du Groupe, dûe à l’épidémie.

Pour les interventions au domicile Bernard Bensaid a évoqué la mise à disposition rapide de matériel essentiel à la protection de ses salariés, notamment les gants, charlottes, sur-blouses, masques et gel hydroalcoolique. Cette organisation a permis de continuer à assurer la mission des assistantes de vie sociale et des aides à domicile.

Bernard Bensaid a tenu à souligner que cette crise exceptionnelle a confirmé la nécessité du modèle du maintien à domicile de nos aînés. Le domicile pour lui, comporte trois avantages, répondre au souhait des français qui veulent finir leur vie à domicile, constituer une digue par rapport à l’hôpital, évitant la saturation, et enfin assurer le maintien d’une vie sociale pour les personnes vieillissantes.

Bernard Bensaid souhaite qu’à l’issue de cette crise, la maintien à domicile soit reconsidéré comme un modèle essentiel, et que les personnels d’accompagnement soient eux aussi reconnus, revalorisés et considérés à leur juste valeur.

L’interview s’est terminée par l’alerte lancée par Bernard Bensaid sur la faible mobilisation des banques sur l’attribution des prêts garantis par l’état. 10 % l’ont été, par rapport aux demandes du groupe, au moment de l’émission. La faible vitesse de réponse, pourrait entraîner un démarrage très lent de la reprise des entreprises ainsi qu’un risque sur les crédits fournisseurs, entraînant des dégâts en cascade.

Bernard Bensaid demande une réaction rapide des banques pour que l’on n’assiste pas à une destruction de la capacité de production. Il s’inquiète en particulier du démarrage encore incertain dans le secteur du tourisme et dans celui des soins dentaires pour lesquels la visibilité n’est pas bonne.

Ne soyez plus le dernier au courant !